Sit-in, debranding… Wave Côte d’Ivoire dans le viseur des propriétaires de points de vente mobile money

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Sit-in, debranding… Wave Côte d’Ivoire dans le viseur des propriétaires de points de vente mobile money

Rien ne va plus entre la fintech Wave et le Syndicat national des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire (Synam-ci). Réunis le samedi 12 novembre 2022 en Assemblée générale extraordinaire, les responsables de points de vente (PDV) membres dudit syndicat annoncent une « action forte » contre Wave Côte d’Ivoire à partir du 21 novembre.

Le Synam-ci annonce « une action forte contre la société Wave-ci SA » à partir du 21 novembre prochain. Objectif, ramener la fintech à la table de négociation en vue de la revalorisation des commissions perçues par les PDV sur les transactions mobile money. Ainsi en a-t-il décidé au cours de l’Assemblée générale extraordinaire tenue le samedi dernier dans le quartier de Yopougon au nord d’Abidjan.

Un sit-in est prévu devant les locaux de Wave CI du 21 au 23 novembre prochain. Si les syndicalistes n’obtiennent pas gain de cause, cette manifestation sera suivie du « debranding » des affiches de Wave, à partir du 24, puis de l’arrêt total de la fourniture des services Wave dans leurs points de vente, a annoncé le secrétaire général adjoint du Synam-ci, Coulibaly Félix, par ailleurs porte-parole du collectif des syndicats et associations de mobile money.

Aux dires du syndicaliste, cette décision vise à exprimer le mécontentement de la corporation contre la « désactivation abusive » des comptes Wave.

La fintech, tout en rappelant à sa clientèle que les dépôts et retraits sont gratuits, dénonce, à l’instar des opérateurs télécoms, les frais supplémentaires de 100FCfa instaurés par le Synam-ci suite à la grève du 2 au 4 juin 2022, en guise de protestation contre la nouvelle grille de commissions de Wave CI entrée en vigueur le 1er juin.

L’annonce de cette « action forte », faut-il le souligner, intervient quelques jours après le courrier de la Direction générale des impôts (DGI) à M. Coulibaly Félix. Dans cette correspondance datée du 10 novembre 2022, la DGI dit avoir « pris bonne note » de la décision du collectif des syndicats et associations de mobile money « d’appliquer des frais dits “frais de prestation de proximité” d’un montant de cent (100) francs sur les opérations de transfert d’argent par mobile money ». Aussi, elle appelle le collectif à « sensibiliser » ses membres « à l’effet d’acquitter les impôts qu’ils doivent dans le cadre de l’exercice de leur activité ».

A l’origine de cette tension sur le segment du mobile money, Wave CI a gagné la confiance de millions d’utilisateurs, en réduisant considérablement les taux de transferts d’argent à 1% pour tous. En moins de trois ans d’activité en Côte d’Ivoire, le modèle économique de Wave a impacté toute cette chaine de valeur. A commencer par les opérateurs émetteurs de monnaie électronique qui ont tous remis à jour leurs grilles de commissions des points de vente. Lesdits points de vente, eux-mêmes, oscillent désormais entre se réinventer, lutter pour la préservation de leurs emplois ou disparaître.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 14 novembre 2022)

Laissez votre commentaire