Piratage de la BOA Mali : de nouvelles données publiées, d’autres filiales comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin sous la menace

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article

Warning: Attempt to read property "user_registered" on bool in /home/nm1l7wvt/tafeur.com/wp-content/themes/workreap/single.php on line 64
Piratage de la BOA Mali : de nouvelles données publiées, d’autres filiales comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin sous la menace

Le système informatique de la Banque of Africa du Mali a été piraté et plusieurs données confidentielles volées. Les cybercriminels ont diffusé une partie des données. L’information a été publiée par Clément Domingo sur sa page Linkedin. Toute chose qui confirme encore plus l’ampleur de l’attaque. Parmi les données partagées, on retrouve des contrats, des mails, des portefeuilles clients, mais surtout la liste des codes utilisateurs d’Agence Western Union sur toute l’étendue du territoire malien. Mais d’autres filiales comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin sont sous leur menace.

Mais le plus préoccupant est le fichier « liste des codes utilisateurs d’Agence Western Union ». Car ce dernier contient l’ensemble des points de transferts ou de retraits d’argent mais surtout les identifiants de tous les agents de ces agences. On y découvre aussi d’autres données confidentielles critiques.

Face à la quantité de données dévoilées, on ne peut que s’attendre au pire. Il pourrait s’agir de centaines de Giga et même des Téraoctets de données. Il se pourrait que ces cybercriminels de médusa détiennent également des données sur d’autres filiales comme au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Bénin et dans d’autres pays. Aussi, la banque BOA n’est pas pour l’heure la seule victime des hackers. Banco Sol, une banque angolaise s’est également fait piratée.

Pour rappel, une rançon de 10 000 000$ a été demandée et sans quoi les données volées seront publiées d’ici trois jours pour compter du 19 février prochain. Une menace à prendre très au sérieux et plusieurs entreprises et États vont sans doute y faire face. Le mieux serait d’être numériquement prêt pour affronter la menace.

(Source : Léral, 4 mars 2023)

Laissez votre commentaire