Nigeria : les opérateurs télécoms demandent l’autorisation du régulateur pour couper les services USSD aux banques

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article

Warning: Attempt to read property "user_registered" on bool in /home/nm1l7wvt/tafeur.com/wp-content/themes/workreap/single.php on line 64
Nigeria : les opérateurs télécoms demandent l’autorisation du régulateur pour couper les services USSD aux banques

Une grande partie de la population africaine n’a pas accès aux services bancaires et à l’Internet. Les banques et autres fournisseurs de services financiers utilisent l’USSD pour faciliter l’accès à leurs services à cette partie de la population.

Les sociétés de télécommunications nigérianes demandent l’autorisation de la Nigerian Communications Commission (NCC) pour supprimer la fourniture de services de données supplémentaires non structurées (USSD) aux banques et autres institutions financières. Ces dernières n’ont toujours pas payé les 80 milliards de nairas (180,1 millions USD) qu’elles doivent aux opérateurs télécoms pour services rendus.

Selon Gbenga Adebayo, président de l’Association des opérateurs télécoms agréés du Nigeria (ALTON), la suppression se fera progressivement une fois que l’initiative aura été approuvée par la NCC. La déconnexion devrait se faire par lots, en commençant par les plus gros débiteurs. «  Cela pourrait se produire autour du premier trimestre [2023, Ndlr]  », a-t-il précisé.

La question de la tarification des services USSD est l’objet de désaccord entre les banques et les opérateurs télécoms depuis 2019. Les opérateurs de télécoms avaient déjà menacé de retirer leurs services USSD aux institutions financières à partir du 15 mars 2021 en raison de la dette cumulée qui s’élevait alors à 42 milliards de nairas. Toutefois, l’intervention de la Banque centrale du Nigeria (CBN) et de la NCC a permis de trouver un compromis. En septembre dernier, les opérateurs télécoms ont dû réitérer leurs menaces devant l’indifférence des banques.

Le retrait des services USSD aux banques, s’il est approuvé, devrait considérablement affecter la qualité et la disponibilité des services financiers fournis aux populations nigérianes à tous les niveaux. Cela pourrait également ralentir les ambitions d’économie sans numéraire de la CBN et du gouvernement nigérian dans un contexte de transformation numérique accélérée.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 30 décembre 2022)

Laissez votre commentaire