Libéria : financement du Fonds africain de développement pour moderniser les infrastructures et les systèmes de paiement

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Libéria : financement du Fonds africain de développement pour moderniser les infrastructures et les systèmes de paiement

Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement, le guichet des prêts concessionnels du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé, le 17 mars 2023, un don de 3,9 millions de dollars pour financer le projet de remise à niveau des infrastructures et des systèmes de paiement du Libéria.

L’objectif principal du projet est de renforcer l’écosystème des paiements au Libéria pour une efficacité accrue et de favoriser la croissance et l’innovation. Il cible les systèmes de traitement automatisé des chèques et la chambre de compensation automatisée ainsi que les systèmes de règlement brut en temps réel qui constituent l’épine dorsale du traitement des paiements dans le secteur financier du pays.

Le projet vise également la mise à niveau du centre de données (datacenter) principal et des sites de reprise après sinistre de la Banque centrale du Libéria et devrait avoir un impact sur l’institution et les ministères impliqués dans les paiements. Parmi les autres bénéficiaires figurent les banques commerciales et leurs clients, qui bénéficieront tous de meilleurs services et de délais d’exécution plus courts, d’un traitement en temps réel et d’un accès administratif en ligne.

Le projet contribuera également à accroître l’inclusion et à favoriser l’intégration régionale grâce à une mise à niveau technologique aux normes requises.

Pour le Libéria, cette initiative aura un impact direct sur le déploiement envisagé du Commutateur national de paiements électroniques (NEPS) qui cible le marché de détail où se produit la plus grande exclusion. Avec le projet NEPS approuvé par la Banque mondiale en 2022 dont la mise en œuvre est en cours, le projet proposé est essentiel aux efforts qui visent à améliorer l’inclusion financière au Libéria, qui s’élève actuellement à 44,2 % (Findex 2021), et à atteindre les populations défavorisées, notamment les jeunes, les femmes, les petits exploitants agricoles, les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) et autres populations rurales.

La mise en œuvre du nouveau projet débutera en juin 2023 et sera assurée par la Banque centrale du Libéria en étroite collaboration avec les institutions bancaires et non bancaires.

Le chef de bureau pays de la Banque africaine de développement au Libéria, Benedict Kanu, a noté que « la modernisation de l’infrastructure et des systèmes de paiement du Libéria pour améliorer l’efficacité des paiements renforcera non seulement le secteur financier formel, mais contribuera à une plus grande stabilité financière et à un meilleur développement du secteur privé ».

Il a ajouté que ces améliorations contribueront à réduire l’écart d’inclusion financière grâce à un soutien du point de vue des infrastructures au projet NEPS financé par la Banque mondiale. Le projet servira également à préparer le Libéria aux efforts d’intégration financière de la région et à augmenter le commerce transfrontalier qui nécessitent une infrastructure de paiement solide.

Ahmed Attout , directeur par intérim du Département du développement du secteur financier de la banque, a déclaré que la stratégie de développement du secteur financier de la banque vise à soutenir les systèmes financiers nationaux dans les pays africains et à veiller à ce qu’ils soient conformes aux normes régionales et internationales. Il a, en outre noté que le développement du secteur financier grâce au déploiement d’infrastructures et à la promotion de la finance numérique est essentiel au développement du secteur privé, en particulier dans un monde de plus en plus numérisé qui exige plus d’inclusivité.

Le secteur financier du Libéria fait face à un certain nombre de défis, notamment l’insuffisance des infrastructures des TIC et la faible desserte du dernier kilomètre. L’infrastructure de paiement existante, déployée en 2016 avec l’aide de la Banque africaine de développement, a bien servi le pays au cours des six dernières années, mais nécessite une mise à niveau urgente. Ce projet devrait maximiser le potentiel de renforcement du secteur financier, renforcer la stabilité financière, combler le fossé de l’inclusion financière et faciliter l’intégration régionale.

Banque africaine de développement (BAD)

(Source : Agence Ecofin, 21 mars 2023)

Laissez votre commentaire