Le vote électronique, un coup d’essai réussi malgré quelques griefs

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Le vote électronique, un coup d’essai réussi malgré quelques griefs

Durant la semaine du 06 au 13mars dernier, les enseignants et leurs inspecteurs et contrôleurs ont pris part à des élections à vote exclusivement électronique pour désigner leurs représentants à la table des négociations avec le gouvernement.

Le vote en ligne a représenté cette année l’innovation majeure pour les élections de représentativité syndicale organisées du 06 au 13 mars dernier dans le secteur de l’Education et de la Formation professionnelle. Une nouveauté qui a pu permettre d’obtenir des gains de temps, d’énergie et même logistiques et financiers dans l’organisation du scrutin, selon les syndicalistes qui signalent juste quelques griefs liés à la connectivité et surtout à l’identification dans les plateformes. D’où ce plaidoyer pour une interconnexion de Esolde, Mirador, Simen, Girafe… dans une seule plateforme-maison.

Durant la semaine du 06 au 13mars dernier, les enseignants et leurs inspecteurs et contrôleurs ont pris part à des élections à vote exclusivement électronique pour désigner leurs représentants à la table des négociations avec le gouvernement. Au cours de ce scrutin, il n’y avait qu’un seul bureau de vote…virtuel. Pour cause, tout était digitalisé ! Un coup d’essai numérique réussi, selon le chargé des élections au Cusemss (Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement moyen et secondaire du Sénégal). Dr Modou Ngom estime qu’avec ce type de vote, l’Etat et les enseignants ont gagné en termes de temps, d’énergie et d’argent. « Il y a eu un gain de temps. Nous avons surtout apprécié le fait de ne pas avoir à nous déplacer, de ne pas laisser les cours pour aller voter. On pouvait, à l’aide de son téléphone ou de son ordinateur, mettre tranquillement et rapidement le bulletin de son choix dans l’urne. Le vote électronique nous a permis de voter tranquillement et rapidement. Nous avons aussi salué la sincérité du vote. C’est une nouveauté. Les enseignants sont des ouvreurs de voie. Ce vote a aussi permis de mesurer la capacité de notre Administration et de notre réseau internet. La plateforme Mirador avait travaillé de sorte que 110 000 enseignants pouvaient se connecter au même moment. C’est une satisfaction qui doit être pérennisée », a-t-il dit.

Globalement le vote électronique s’est bien passé

En d’autres termes, avec ce vote électronique, chaque enseignant qui avait un compte Mirador pouvait, où qu’il se trouve, voter pour son syndicat et selon son collège d’appartenance. Qu’il s’agisse de celui de l’élémentaire et du préscolaire, du moyen et secondaire ou encore du corps des inspecteurs et contrôleurs, le votant pouvait remplir son devoir électoral en un… clic.
Globalement, le vote électronique s’est bien déroulé. Il n’y a pas eu de bulletin nul et le nombre de votants équivalait à celui des suffrages valablement exprimés. Sur les 110 178 inscrits, 59 746 enseignants ont voté. Soit un peu plus de la moitié des enseignants figurant sur le fichier électoral si on sait que 50 432 enseignants n’ont pas voté équivalant à 45,78 % de l’électorat.

Dans le corps des inspecteurs et contrôleurs, 629 votants ont été enregistrés sur un nombre de 744 inscrits dont 115 abstentions, -soit 15,46%. Quant à l’élémentaire et le préscolaire, le corps électoral était composé de 68 200inscrits et il y a eu à l’arrivée36729 suffrages valablement exprimés et 31 471 enseignants qui n’ont pas voté. Soit 46,15% d’abstention. Dans le collège du moyen et secondaire où il y avait 41 234 inscrits, 22 388 enseignants ont glissé leurs bulletins dans l’urne virtuelle tandis que 18 846 de leurs collègues s’abstenaient de prendre part au scrutin. Ce qui équivaut à un taux de 45, 71 %.

Dame Mbodj, la révélation du scrutin

A l’issue du scrutin, six syndicats sont sortis vainqueurs de ces élections de représentativité syndicale. Il s’agit du Siens (Syndicat des inspectrices et inspecteurs de l’enseignement au Sénégal) qui a obtenu 92,21% des voix dans son collège, du Sels (Syndicat des enseignants libres du Sénégal) avec 26,30 % des suffrages valablement exprimés dans l’élémentaire et le préscolaire, de l’Uden (Union démocratique des enseignants du Sénégal),du Saemss (Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal) avec 34,58 %, du Cusemss (Cadre unitaire des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal) avec 25,65% des votants dans les lycées et collèges et du Cusems Authentique. Révélation du scrutin de 2023 dans ce secteur de l’Education et de la Formation professionnelle, avec un score « honorable » de 18,51%de l’électorat, le syndicat dirigé par Dame Mbodj a dépassé de loin le taux de 10% exigé pour être considéré comme représentatif. Un taux que n’a pas pu obtenir le Snelas Fc, syndicat des enseignants en langue arabe qui a tout de même été repêché sur dérogation. « Sur l’arrêté fixant les élections, un syndicat est dit représentatif s’il obtient dans son collège 10% des votes. Mais une dérogation avait été faite pour les syndicats de langue arabe. Il avait été dit que le premier de la liste pourrait être repêché afin de pouvoir siéger et porter les revendications de cet ordre d’enseignement. Il s’agit d’encourager l’enseignement de la langue arabe et son intégration dans le système éducatif national », explique Dr Modou Ngom. D’où donc le repêchage du Snelas Fc de Mouhamadou Moustapha Segnane dans le groupe des sept syndicats les plus représentatifs (G7). « Cela dit, pour ces élections, seuls les syndicats qui ont obtenu plus de 10 % ont été reçus et inscrits sur la liste des admis. A la suite de ce repêchage, en plus des six syndicats ayant réussi à obtenir le taux de 10 %, le Snelas a été coopté, ce qui fait sept. En 2017, il y avait eu des syndicats qui avaient plus de 5 % voire 9% comme le Setp et le Sadef mais nous l’avions accepté. C’était l’œuvre d’un consensus syndical. Je pense que ce consensus sera levé lors des prochaines échéances électorales pour que tout syndicat n’ayant pas franchi la barre de 10% ne soit plus accepté à la table des négociations », prévient le syndicaliste.

Un coup d’essai réussi

Selon lui, pour ces élections qui viennent de se dérouler, ils ont mis le gouvernement à l’aise dans la proclamation des résultats. D’après ses dires, « tous les syndicats se sont mis d’accord sur un point, c’est de ne pas s’attarder sur des réclamations après la proclamation des résultats. C’est pourquoi, il n’y a pas eu de contestations de résultats parla partie syndicale encore moins de reproches adressés au gouvernement ».

Ce scrutin électronique a donc été un coup d’essai… réussi. Seule ombre au tableau : un taux élevé d’abstentions. La plupart de ceux qui ont refusé de prendre part au vote, ce seraient « les enseignants du niveau central c’est-à-dire les collègues détachés et affectés dans les ministères entre autres », a révélé Dr Ngom.

Cela dit, il y a eu quelques difficultés avec ce nouveau mode de scrutin en ligne. « Nous, enseignants, sommes les cowboys du vote électronique et du vote à bulletin unique. Le vote avec un bulletin unique en 2017 à l’occasion des élections aux commissions paritaires et le vote exclusivement électronique en 2023 pour les élections de représentativité. Le vote de la commission paritaire et électronique était unique mais la procédure différente. D’abord, il y avait un problème de connectivité avec la faiblesse de la bande passante qui n’était pas en mesure d’absorber l’ensemble des électeurs enseignants sollicitant le vote. D’où les bugs informatiques surtout du lundi, premier jour de vote ». A côté de ce problème lié à la connectivité, il y avait eu aussi une difficulté d’identification au logiciel Mirador. « Les enseignants avaient des difficultés à s’identifier dans Mirador avec des comptes et des mots de passe envoyés dans leurs boites email. Des assistants techniques -5 au minimum qui ont été enrôlés à cet effet par les ministères du Travail et de l’Education nationale ont pu accompagner les votants avec des réinitialisations. L’autre difficulté dans Mirador, c’est que les messages envoyés ne permettaient pas à l’agent qui a voté de savoir le choix de son syndicat. Il a voté, il sait pour quel syndicat, mais il ne connaissait pas son choix via les messages reçus. On aimerait qu’on le lui signifie pour des questions de sécurité », a-t-il listé comme manquement lié à l’identification. Mais la plus grande préoccupation de Dr Modou Ngom reste la question des données personnelles. « A partir de ce vote, dit-il, beaucoup d’informations ont été ventilées. Il faut que les ministères concernés, à savoir le ministère de l’Education nationale, celui en charge du Travail et celui des Finances, sécurisent les données personnelles des enseignants. Nous insistons sur ça pour qu’il n’y ait pas de manquements ». Surtout, estime notre interlocuteur syndicaliste du Cusemss, la question globale reste la multiplicité des plateformes des gestions des agents de l’Etat tels que Simen, Mirador, Girafe etc… « Nous souhaitons qu’il y ait une interconnexion de ces plateformes dans une plateforme-maison. Pour le ministère des Finances, il y a aussi Esolde. Les enseignants sont dans Mirador, dans Girafe, dans Esolde… Chaque ministère a son logiciel à part. Les enseignants sont appelés à s’identifier dans chaque logiciel pour pouvoir se connecter et voter et c’est fastidieux ».
Dr Modou Ngom estime que ces manquements sont à corriger pour pouvoir faire de ce vote en ligne un modèle de gain de temps, de gain d’énergie et de gain pour les finances publiques.

Le Témoin

(Source : Seneplus, 22 mars 2023)

Laissez votre commentaire