Le Nigeria réduit de 90 % les frais de droits de passage des infrastructures télécoms sur le territoire de sa capitale

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Le Nigeria réduit de 90 % les frais de droits de passage des infrastructures télécoms sur le territoire de sa capitale

Le gouvernement fédéral vise une pénétration du haut débit de 70 % au Nigeria à l’horizon 2025. A cet effet, Abuja multiplie les actions pour inciter davantage d’investissements dans le secteur.

Les opérateurs de télécommunications vont désormais payer 14,50 nairas (0,033 USD) par mètre comme frais de droit de passage pour déployer des infrastructures à large bande sur le Territoire de la capitale fédérale du Nigeria. Le nouveau tarif qui entrera en vigueur à partir du jeudi 1er décembre représente une réduction de 90 % par rapport aux 145 nairas (0,33 USD) payés jusque-là. Il sera valable pour les deux prochaines années.

En 2017, le gouvernement fédéral a conclu un accord avec tous les gouverneurs des 36 États du Nigeria pour harmoniser les frais de droit de passage pour les entreprises télécoms dans le pays. Jusque-là, ces frais étaient définis par les États et variaient entre 4 000 nairas et 8 000 nairas par mètre. C’est après l’harmonisation que le tarif est passé à 145 nairas.

La nouvelle révision du tarif du droit de passage s’inscrit dans le cadre des actions engagées par le gouvernement nigérian pour accélérer la pénétration du haut débit dans le pays, dans un contexte marqué par l’accélération de la transformation numérique. Abuja s’est fixé pour objectif de connecter 70 % de la population au haut débit d’ici 2025. Cependant, les dernières statistiques de la Nigerian Communications Commission (NCC) n’affichent qu’une pénétration du haut débit de 45 %.

La réduction des frais de droit de passage devrait accélérer les investissements dans les infrastructures de télécommunications à haut débit au Nigeria. Cela devrait non seulement permettre d’améliorer la disponibilité et la qualité des services télécoms, mais également d’en réduire les coûts.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 30 novembre 2022)

Laissez votre commentaire