Le Congo renforce sa législation sur la protection des données personnelles

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Le Congo renforce sa législation sur la protection des données personnelles

En Afrique, les progrès technologiques rapides ont apporté de nombreux avantages, mais ils ont également engendré de nouvelles menaces qui mettent en péril les individus, les entreprises et les gouvernements.

Le Congo est sur la voie de mettre en place une Commission nationale de protection des données à caractère personnel. L’avant-projet de loi présenté par le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon-Juste Ibombo, a été approuvé en Conseil des ministres le mercredi 3 juillet.

« En effet, la protection des données à caractère personnel est devenue un enjeu majeur à l’ère du numérique. Avec la multiplication des échanges d’informations sur Internet, il est essentiel de garantir la confidentialité et la sécurité des données personnelles des citoyens », a expliqué Léon-Juste Ibombo.

La Commission nationale de protection des données sera, entre autres, chargée de veiller à ce que le traitement des données à caractère personnel n’enfreigne pas les droits et libertés des citoyens. Elle aura également pour mission de collaborer avec les institutions internationales et les autres pays africains afin de partager les meilleures pratiques et les informations pertinentes sur les menaces de cybersécurité. En outre, elle devra sensibiliser les citoyens et les entreprises aux risques liés à la cybercriminalité, tout en les formant aux mesures de protection.

La création de cette commission s’inscrit dans le cadre des actions du gouvernement congolais visant à renforcer la législation actuelle, à promouvoir un environnement économique attractif et sécurisé et à assurer un contrôle rigoureux de l’utilisation des données personnelles. Le pays dispose déjà d’une Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et d’une loi portant sur la protection des données personnelles. Il a également ratifié la Convention de Malabo sur la cybersécurité et la protection des données personnelles.

La mise en œuvre de la Commission devrait renforcer la lutte contre la cybercriminalité au Congo et en Afrique. Selon le rapport Security Navigator d’Orange Cyberdefense de 2024, le nombre d’extorsions a augmenté de 70 % en 2023, entraînant une perte de 10 % du PIB sur le continent. Cette augmentation alarmante souligne l’urgence de disposer d’un organe de régulation efficace pour protéger les données des citoyens et des entreprises.

(Source : WeAreTechAfrica, 4 juillet 2024)

Laissez votre commentaire