La réglementation bouleverse la préparation de l’Afrique à la 5G

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
La réglementation bouleverse la préparation de l’Afrique à la 5G

Le déploiement de la connectivité 5G continue de connaître des retards en Afrique, principalement en raison de querelles de marché et de retards réglementaires, 13 des 53 pays du continent étant connectés à la plateforme Internet haut débit. Un nouveau rapport de l’Economist Intelligence Unit (EIU), Assessing 5G Readiness in Africa, attribue la lenteur du déploiement de la connectivité Internet 5G à travers l’Afrique à des taxes et prélèvements plus élevés et à une adoption lente des smartphones.

Le rapport cite également l’accent accru sur la 3G et la 4G par les opérateurs et les prix élevés de la 5G par rapport aux faibles revenus disponibles comme obstacles. « Seuls 13 des 53 pays africains ont lancé la 5G à la fin de 2022, et nous prévoyons que les deux tiers ne lanceront pas de services avant au moins 2025 », a noté l’EIU.

Le Botswana, l’Éthiopie, le Kenya, le Lesotho, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Nigéria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe sont répertoriés pour avoir déployé l’Internet 5G. La 5G est considérée comme « seulement une option » à long terme car de nombreux opérateurs se concentrent actuellement sur la 3G et la 4G.

Selon la GSMA, les réseaux 5G représenteront moins de 10 % du total des abonnements mobiles dans la plupart des pays d’Afrique, même en 2025. Les réseaux 3G continueront de dominer le marché et, selon les analystes, les entreprises de télécommunications africaines sont prudentes concernant les investissements liés à la 5G.

Le rapport de l’EIU révèle que les entreprises de télécommunications en Afrique sont confrontées à une multitude de taxes et de prélèvements sous-sectoriels. Cela se traduit par des tarifs élevés pour le consommateur final. Les décideurs politiques peuvent explorer des mesures telles que le partage des infrastructures pour réduire les coûts ou revoir les taxes sur les télécommunications.

(Source : Afrique IT news, 13 janvier 2023)

Laissez votre commentaire