La face hideuse de TikTok au Sénégal : les enfants en danger, leurs données personnelles exposées

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
La face hideuse de TikTok au Sénégal : les enfants en danger, leurs données personnelles exposées

« Waa domameu dji nimou mélni, khaley bi noumou toolou ni nak ( T’as vu sa fille nul ne sait à quoi elle ressemble, t’as vu comment elle est grosse) Des moqueries sur le physique de ma fille de 6 ans m’ont été envoyés en plein live sur TikTok », témoigne une mère.

Commerçante de profession, A. S ne pensait pas qu’en profitant de cette plateforme pour élargir sa clientèle, elle allait exposer son enfant à de pareils commentaires négatifs.

« Pourtant, elle n’est apparue qu’une seule fois à mes côtés quand je faisais un live. Des followers qui, au lieu de s’intéresser aux produits que je vendais, s’acharnent sur la morphologie de ma fille », fait-elle remarquer. Des tels agissements pourraient faire « perdre la confiance et l’estime de soi ».

Maïmouna Fall, banquière de son état, est plutôt inquiète du contenu qu’offre ce réseau social à son enfant de 4 ans et demi. « Mon fils, je le laisse en garde chez ma mère. Mais là, il est scotché du matin au soir au téléphone de sa mamie. Et la façon dont il maîtrise TikTok m’inquiète. Surtout que ce réseau social propose du tout à son public. L’application expose nos enfants à des contenus inappropriés, à l’hypersexualisation des adolescents, à la désinformation et aux rencontres avec des inconnus ». Ce que cette maman de 34 ans considère vraiment « grave pour l’éducation de nos enfants. »

Comment TikTok est nuisible aux enfants…

En principe, le réseau social TikTok, encore appelé Douyin n’est accessible qu’à partir de 13 ans. N’empêche, on y trouve des vidéos postées par des enfants. D’ailleurs, on n’a même pas besoin créer un compte pour visionner de vidéos. Ce qui prouve l’absence de contrôle chez les enfants et mineurs.

Des commentaires à caractère sexuel, des moqueries sur le physique des personnes y sont également postés, des demandes indécentes allant même à une violence verbale gratuite.

L’application a déjà montré des failles dans la protection des données de ses utilisateurs et semble ne pas protéger efficacement les mineurs, nombreux sur la plateforme, notamment en forçant tous les profils à être publics.

Le RESTIC assigne TikTok devant la CDP

Des manquements qui ont poussé le Rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l’information et de la communication (RESTIC) a déposé, le 3 avril 2023, une plainte contre la société ByteDance propriétaire de la plateforme TikTok devant la Commission de protection des données personnelles. Et ce pour « non-respect par le réseau social d’origine chinoise de la législation sur les données personnelles, notamment à propos des enfants et des mineurs qui ouvrent des comptes sans l’avis des parents ».

Le RESTIC, par la voix de son président Moustapha Diakhaté, entend assigner la société Bytedance holding-mere (ByteDance), qui aurait réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 34,3 milliards de dollars en croissance de 111% par rapport à 2019 ). Cette société gère la plateforme TikTok pour stockage et conservation de contenus d’autrui dans des serveurs situés hors du territoire sénégalais, des données qui peuvent être utilisées à d’autres fins, notamment d’espionnage comme le soupçonnent les pays nord américains et certains pays européens. Le RESTIC veut inciter le réseau social favori des 4 000 000 d’élèves et d’étudiants au Sénégal, selon leur décompte « à respecter nos lois et règlements et surtout nos traditions et civilisations pour son audience cible dans notre pays. »

Le Rassemblement entend déposer un recours auprès de l’ARTP pour un contrôle parental obligatoire pour tout compte Tik Tok d’enfant et mineur. Devant les tribunaux le RESTIC voudrait contraindre TikTok à adapter ses contenus et ses algorithmes à nos législations sur les enfants et mineurs, une protection effective des données de citoyens.

Rappelons qu’en janvier dernier, l’Italie a bloqué l’accès à TikTok pour quiconque n’est pas en mesure de justifier de l’âge minimal requis. Cette décision intervient après l’annonce de la mort, en Sicile, d’une fillette de 10 ans, asphyxiée alors qu’elle participait au « jeu du foulard » sur le réseau social.

Une protection des données à renforcer

Malgré les risques présentés, il n’est pas nécessaire d’interdire TikTok à son enfant. Cependant, il est important de sensibiliser les enfants aux dangers de l’application et de mettre en place des mesures de sécurité pour les protéger.

Alors de l’avis de Pape Mamadou Diouf, expert en marketing digital : « Il Faut que les parents expliquent à leurs enfants les risques associés à l’utilisation de TikTok et les aident à comprendre comment utiliser l’application de manière responsable. Les parents peuvent limiter le temps d’utilisation de TikTok par les enfants en définissant des limites de temps d’écran et en encourageant les enfants à passer du temps à l’extérieur ou à participer à des activités hors ligne », suggère-t-il. Parce que souligne notre interlocuteur : « l ‘application aussi dispose de plusieurs paramètres de sécurité qui permettent aux parents de restreindre l’accès des enfants à certains contenus inappropriés ».

Les parents peuvent définir le compte TikTok de leur enfant sur privé et leur parler de la cyber intimidation. Il est également important de rappeler que les enfants ne sont pas censés être sur les réseaux sociaux TikTok ou autres, avant l’âge de 13 ans.

Fana Cissé

(Source : Pressafrik, 5 avril 2023)

Laissez votre commentaire