Kenya : Meta poursuivi en justice par un ancien modérateur de contenus pour environnement de travail toxique

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Kenya : Meta poursuivi en justice par un ancien modérateur de contenus pour environnement de travail toxique

Depuis plusieurs mois, la société américaine est poursuivie par des particuliers et associations pour plusieurs chefs d’accusation et réclament des milliards de francs pour des dommages.

Les poursuites engagées au Kenya contre Meta, la maison mère de Facebook, suivent leurs cours. Dans une décision rendue le lundi 6 février, le juge Jacob Gakeri du tribunal de l’emploi et des relations de travail a refusé de radier une plainte déposée par Daniel Motaung, un ancien modérateur sud-africain de Facebook, qui poursuit l’entreprise de technologie sociale pour environnement de travail toxique.

Il y a quelques mois, Meta avait décidé de se retirer de l’affaire, sous prétexte que les tribunaux kényans n’avaient pas compétence puisque ses sociétés ne sont pas domiciliées ou n’ont pas d’activité au Kenya. Une doléance refusée par le juge.

« Ma décision est que les deuxième et troisième accusés ne doivent pas être retirés des procédures », a déclaré M. Gakeri, faisant référence à Meta Platforms et à sa filiale Meta Platforms Ireland qui constituent « des parties à part entière ».

C’est en mai dernier que Daniel Motaung a attaqué en justice Meta et Sama, une entreprise kényane sous-traitante chargée d’une partie de la modération du réseau. Souffrant de stress post-traumatique, il avait dénoncé la structure évoquant le travail forcé, des salaires aléatoires et l’absence de droit de représentation syndicale.

Comme des milliers de travailleurs chez Meta, son travail consistait à scruter et signaler les post des utilisateurs d’Afrique de l’Est et australe. En mai, plusieurs mois après avoir quitté l’entreprise sous-traitante, il a porté plainte pour 27 chefs d’accusations parmi lesquels la torture, l’exploitation et la discrimination. Le juge a déclaré que la prochaine étape de l’affaire a été programmée pour le 8 mars prochain, notamment pour organiser une audience.

Signalons que Meta est également poursuivie au Kenya par deux chercheurs éthiopiens et un groupe de défense des droits kényan qui accuse l’entreprise d’avoir laissé fleurir sur Facebook des messages violents et haineux en provenance d’Ethiopie, attisant ainsi la guerre civile éthiopienne.

Samira Njoya

(Source : WeAreTechAfrica, 7 février 2023)

Laissez votre commentaire