Kenya : l’exécutif sollicite le soutien de la Banque mondiale pour financer son «  autoroute numérique  »

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Kenya : l’exécutif sollicite le soutien de la Banque mondiale pour financer son «  autoroute numérique  »

Venu au pouvoir en septembre 2022, William Ruto multiplie les initiatives pour accélérer et concrétiser la transformation numérique du pays initiée par son prédécesseur, Uhuru Kenyatta. Pour atteindre ses objectifs, le nouveau gouvernement compte sur le soutien des partenaires financiers.

Le gouvernement kényan sollicite le soutien de la Banque mondiale pour financer son «  projet d’autoroute numérique  » dont la mise en œuvre nécessite environ 600 millions USD. Le sujet a fait l’objet d’une réunion organisée le lundi 6 mars par Eliud Owalo, ministre des TIC et de l’Economie numérique, avec une délégation de l’institution de Bretton Woods dirigée par Isabel Neto, responsable des pratiques de développement numérique pour l’Afrique orientale et australe.

Le projet prévoit notamment la pose de plus de 100 000 kilomètres de câbles en fibre optique à travers le Kenya, la création de 25 000 points d’accès Wi-Fi publics et la mise en place de villages numériques et de studios dans chacun des 1 450 districts du pays. Il prévoit également de numériser 5 000 services gouvernementaux d’ici mi-2023.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme d’accélération de l’économie numérique du Kenya (KDEAP). A son accession au pouvoir en septembre 2022, William Ruto a affiché son ambition de mettre la technologie numérique au service du développement socio-économique du Kenya. A cet effet, il a notamment prévu divers investissements ayant pour objectif de faire du pays une référence en matière de transformation numérique en Afrique d’ici 2027.

Le projet d’autoroute numérique devrait notamment permettre de garantir l’accès de toute la population kényane non seulement aux services télécoms et Internet à haut débit, mais également aux plateformes numériques. Cela devrait accélérer la transformation numérique de l’économie et réduire le chômage. L’initiative devrait créer au moins 1,5 à 2 millions d’emplois, selon le gouvernement.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 7 mars 2023)

Laissez votre commentaire