Google dévoile un projet de câble sous-marin reliant l’Afrique à l’Australie

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article
Google dévoile un projet de câble sous-marin reliant l’Afrique à l’Australie

L’Organisation des professionnels du numérique du Sénégal (OPTIC) a récemment annoncé la 7e édition du Salon international des professionnels de l’économie numérique (SIPEN), qui se tiendra les 27 et 28 juin à Dakar. L’événement mettra en lumière le thème « L’accélération de la digitalisation, un puissant levier de compétitivité de l’économie sénégalaise et africaine ».

Dans le cadre de ses initiatives en Afrique, Google multiplie les investissements dans l’infrastructure numérique. L’objectif est de tirer parti des opportunités de l’économie de l’Internet, contribuant ainsi à un avenir numérique prospère et durable pour le continent.

La société technologique américaine Google a annoncé le jeudi 23 mai une nouvelle route de fibre optique reliant l’Afrique à l’Australie pour accroître la portée et la fiabilité de la connectivité numérique en Afrique. L’infrastructure est dénommée Umoja. La partie terrestre du réseau est construite en partenariat avec le Liquid Intelligent Technologies.

Cette partie terrestre reliera le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, la République démocratique du Congo (RDC), la Zambie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. De là, une liaison sous-marine sera établie pour rejoindre l’Australie en passant par l’océan Indien.

Selon Google, le câble Umoja s’inscrit dans le cadre du projet Africa Connect, tout comme le câble Equiano annoncé en 2019 qui relie l’Afrique à l’Europe. Ce nouvel investissement intervient dans un contexte marqué par des pannes récurrentes sur les câbles sous-marins qui desservent le continent provoquant des perturbations de l’Internet.

Le dernier épisode remonte au 12 mai lorsque des défaillances sur les systèmes de câbles sous-marins SEACOM et EASSY ont provoqué des perturbations dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est et australe. En mars dernier, des pannes similaires sont intervenues sur les câbles WACS, MainOne, ACE, SAT3, Seacom/TGN, AAE1 et EIG. Une dizaine de pays d’Afrique de l’Ouest, centrale et australe avaient été affectés.

«  Cette initiative est essentielle pour garantir la redondance et la résilience de la connectivité de notre région avec le reste du monde, en particulier à la lumière des récentes perturbations causées par des coupures de câbles sous-marins. En renforçant notre épine dorsale numérique, nous améliorons non seulement la fiabilité, mais nous ouvrons également la voie à une plus grande inclusion numérique, à l’innovation et à des opportunités économiques pour nos populations et nos entreprises  », a déclaré William Ruto, président du Kenya.

Isaac K. Kassouwi

(Source : WeAreTechAfrica, 24 mai 2024)

Laissez votre commentaire