Gabon : l’application Gatax facilite les démarches fiscales aux personnes physiques et morales

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article

Warning: Attempt to read property "user_registered" on bool in /home/nm1l7wvt/tafeur.com/wp-content/themes/workreap/single.php on line 64
Gabon : l’application Gatax facilite les démarches fiscales aux personnes physiques et morales

Le secteur informel occupe une place importante dans l’économie des pays africains. Cette place affecte les recettes fiscales, ce qui a incité des tech entrepreneurs gabonais a développer une solution plutôt intéressante.

Gatax, un gestionnaire automatisé de taxation, est une plateforme mobile développée par une start-up gabonaise du même nom. Elle permet aux personnes physiques et morales de disposer de toutes les informations nécessaires dans le domaine fiscal. La start-up a été fondée par Junior Eugene Nganga Singatady et Emery Joffrain Mayaka Langangouet.

Depuis un smartphone ou un ordinateur, il est possible d’accéder à la plateforme de Gatax. Il faudra créer un compte et renseigner les informations nécessaires pour permettre à la solution de fournir efficacement des réponses se rapportant au régime fiscal, à la situation fiscale, aux avantages fiscaux, etc.

Ces informations sont fournies en fonction du forfait auquel l’utilisateur avait préalablement souscrit. Il existe quatre types de forfait et le plus basique, le forfait 0, permet de voir le régime fiscal et de déterminer la situation fiscale. Le forfait le plus onéreux permet d’avoir un contrôle total sur votre fiscalité. En effet, il permet en plus de connaître l’interlocuteur fiscal, de remplir automatiquement la déclaration fiscale ou encore de recevoir des alertes pour éviter des pénalités.

Les fondateurs continuent à mûrir leurs idées au sein de la Société d’incubation nationale du Gabon. Selon la start-up, elle se lance sur un marché d’une valeur prévisionnelle de 2,4 milliards FCFA (3,6 millions $). Par ailleurs, il faut souligner que l’application permet entre autres à l’Etat d’optimiser la collecte des recettes fiscales, de lutter contre l’informel ou encore d’autonomiser les petites et moyennes entreprises.

Adoni Conrad Quenum

(Source : WeAreTechAfrica, 3 novembre 2022)

Laissez votre commentaire