Burkina Faso : le régulateur met en demeure Orange, Telecel et Moov Africa pour non-respect de leurs obligations

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article

Warning: Attempt to read property "user_registered" on bool in /home/nm1l7wvt/tafeur.com/wp-content/themes/workreap/single.php on line 64
Burkina Faso : le régulateur met en demeure Orange, Telecel et Moov Africa pour non-respect de leurs obligations

Avec la transformation numérique qui s’accélère, les populations expriment une forte demande en services télécoms. Au Burkina Faso, le régulateur veut s’assurer que les opérateurs fournissent des services télécoms de qualité à tous.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du Burkina Faso (ARCEP) a mis en demeure les opérateurs télécoms Orange Burkina Faso, Telecel Faso et Moov Africa Burkina Faso (ONATEL). Le régulateur reproche aux opérateurs le non-respect des obligations de qualité de services consignées dans leurs cahiers des charges respectifs et les somme de s’y conformer.

La mise en demeure des opérateurs de téléphonie mobile fait suite à des campagnes de contrôle de la qualité des services menées du 31 mars au 23 avril et du 26 avril au 16 mai. Il en ressort des points de non-conformité, notamment en ce qui concerne «  le taux de blocage des appels et coupures des appels, le taux de bonne vocalité, le taux de succès de chaque transfert  ».

Cette décision du régulateur s’inscrit dans le cadre de sa mission de garantir de façon continue la fourniture de services télécoms de qualité à toute la population burkinabè. Cela devient de plus en plus urgent dans un contexte marqué par la forte demande en services télécoms et l’accélération de la transformation numérique. Selon les statistiques de l’ARCEP pour le compte du deuxième trimestre 2022, le Burkina Faso compte 25,5 millions d’abonnés à la téléphonie mobile, soit une croissance de 6,8 % par rapport à l’année dernière.

Les trois opérateurs concernés devront remédier «  aux manquements relevés et se conformer aux obligations contenues dans leurs cahiers de charge  » avant le 31 décembre 2022, comme prévu par le régulateur. Passé ce délai, les contrevenants se verront appliquer les sanctions prévues par la loi n° 061-2008/AN du 27 novembre 2008 portant règlementation générale des services de communication électronique au Burkina Faso.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 14 novembre 2022)

Laissez votre commentaire