Angola : le satellite AngoSat-2 construit par la Russie désormais prêt à entrer en service

  1. Accueil
  2. Uncategorized
  3. Détail de l'article

Warning: Attempt to read property "user_registered" on bool in /home/nm1l7wvt/tafeur.com/wp-content/themes/workreap/single.php on line 64
Angola : le satellite AngoSat-2 construit par la Russie désormais prêt à entrer en service

Les pays africains se tournent vers la technologie spatiale pour accélérer la pénétration des services télécoms, alors que la transformation numérique se poursuit sur le continent. L’Angola avait déjà lancé un premier satellite télécoms en 2017, mais il s’est perdu dans l’espace.

AngoSat-2, le deuxième satellite de communication angolais, est désormais prêt à l’emploi après avoir subi avec succès une série de tests. C’est ce qu’a récemment révélé Mário Augusto Oliveira, le ministre des Télécommunications, des Technologies de l’information et de la Communication sociale, lors du séminaire «  Programme spatial national : Valeurs et bénéfices  ».

Les services du satellite devraient couvrir l’ensemble du continent africain et une partie importante de l’Europe du Sud en bande C. Il assurera également une couverture presque complète de l’Afrique australe en bande Ku.

Construite par la société russe Reshetnev Information Satellite Systems Company (ISS-Reshetev), AngoSat-2 a été mis en orbite le 12 octobre dernier depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. L’engin vient en compensation du satellite AngoSat-1, d’une valeur de 327,6 millions USD, perdu dans l’espace peu de temps après son lancement en 2017.

Sa mise en service devrait notamment contribuer au développement des télécommunications, de l’agriculture et d’autres secteurs de l’économie angolaise, dans un contexte marqué par l’accélération de la transformation numérique. La nouvelle infrastructure devrait également permettre à l’Angola d’être autonome en matière de technologie spatiale tout en renforçant sa position sur le marché africain. Le pays pourra en effet revendre les capacités supplémentaires de son satellite à d’autres pays africains.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 3 décembre 2022)

Laissez votre commentaire